Mais la fin justifie-t-elle les moyens ? ...Tous les moyens ? Je ne pense pas !

(Toute ressemblance avec des personnes existantes

 ou des situations ayant déjà existées est purement fortuite)

 

La vie est pleine de surprises ! Des bonnes... De moins bonnes.

Elle est remplie de rires, de larmes, de joie, de déceptions...

Mais WAOUH !

Les deux années que nous venons de passer ont été pénibles. Elles nous ont abîmés.

Je gère une association depuis presque 22 ans. Au cours de ces années, il y a eu de la houle, des vents contraires, des tsunamis... On ne surfe jamais sur la vague associative sans boire la tasse plusieurs fois. On apprend à toujours garder la tête hors de l'eau et à revenir sur le rivage.  Confiance et courage !

Il y a eu des moments merveilleux avec les nombreuses actions Téléthon.

(On est fier d'annoncer qu'on a donné 350 € dernièrement)

Des puces de couturières. Des marchés de l'artisanat. Des sorties en salon. Des festivals du lin. Des ateliers créatifs. Du partage. Des rencontres inter-club. Des journées de l'amitié. Des réceptions postales pour le Téléthon...  Gratitude !

                                                        

C'est la motivation d'une jeune mère de famille de 35 ans souhaitant donner un autre sens à sa vie qui a permis cela. Avec le temps, elle est devenue une Mamie Catherine de 4 merveilleux petits enfants...Une aidante au quotidien...Bien plus qu'une animatrice. Mais toujours une Présidente qui acceptait, avec le Trésorier et la Secrétaire de renouveler leur mandat à chaque AGE.  Indulgence !

(A chaque nouvelle élection du bureau, ça ne se bousculait guère au portillon).

''Je n'ai pas le temps...''

L'excuse la plus souvent entendue et répétée indéfiniment !

Ces deux dernières années, j'ai été plus d'une fois absente au sein de l'association.

(Il faut dire qu'avec les 2 confinements, ça n'était facile pour personne)

Cependant, je me rendais disponible en cas de besoin et toujours joignable. Je continuais de gérer, dans l'ombre, l'administratif pour permettre aux adhérentes d'avoir leurs rendez-vous hebdomadaires.  Complaisance et sympathie !

Je ne compte pas les fois où j'ai été le Cas Contact de Pierre, Paul, Jacques... ou bien celui de Pierrette, Paulette, Jacquette.

La vie quoi !  Il y a eu un avant 2020.

Qui sait quand viendra l'après ?

La pandémie, des parents qui vieillissent, des petits enfants qui grandissent et des  impératifs sont venus se greffer à un emploi du temps bien chargé. Des imprévus du genre : "une fracture de  vertèbre dorsale" d'un papa âgé de 82 ans.

Pour ne pas pénaliser les adhérentes,  les rendre tributaires de cette vie occupée,  j'ai délégué, accordé certaines libertés, en confiance et amitié. C'était ça où il n'y avait pas de rendez-vous hebdomadaires et plus d'association.  Cordialité !

Quand j'y repense, ce choix de délégation a été fait pour le confort des adhérentes

J'entretenais un lien ponctuel, en courriel, avec toutes les adhérentes. Pour mes vendredis calmes et disponibles, j'étais en présentiel. Je faisais ce que je pouvais.

Je retiens avec amertume quelque chose de ces "libertés" et "dispositions"...

Lorqu'on les a déléguées, elles sont considérées comme acquises.

J'ai un conseil à donner aux Présidentes  :"Prudence" ! avec la délégation et les libertés accordées avec confiance. Elles ont des effets secondaires inattendus.

"Quand le chat 😸 n'est pas là, les 10 souris  🐭🐭🐭🐭🐭🐭🐭🐭🐭🐭  dansent".

(Tiens... Ça me rappelle le titre d'un livre célèbre)

Une association est une "micro-société de consommation".   Intérêts !

Certaines  présidentes reconnaîtront cette petite phrase qui en dit long  :

''...Je paye une cotisation, ça me donne le droit de ...''

A trop vouloir bien faire, uniquement pour le bien-être des autres, on finit fatalement par en payer le prix fort.

Ahh, cette citation : "Fais du bien à un vilain, il te chie dans la main" (Oups!)

Comme un bonheur n'arrive jamais seul, au cours de l'année 2021, des adhérentes m'ont spécifié, par mail, qu'elles ne souhaitaient plus venir.  Compassion !

Les confinements ont eu raison d'elles. Je comprends. Je n'ai reçu aucun un appel,  juste un mail... C'était bref, simple, concis. Difficile à digérer cependant. Il faut s'adapter aux modes de communication de cette société moderne.  Gloups !

"La vie, c'est simple comme un coup de fil"  disait la pub...

2021 a été l'annonce de la vente du local que nous occupons.

Il va devenir une "Maison Médicale" pour un quartier en expansion.

Nous attendions une échéance qui est tombée.

 Le 1er Juillet 2022 !

 Beaucoup d'associations qui occupent ces locaux l'attendaient.

En novembre 2021, j'annonce au groupe restant, (nommé  "la boite à Ouvrages" pour les distinguer d'un groupe déjà existant) que la salle Charles Trénet, sur le site d'Alprech, ne nous assurera plus le gîte à partir de Juillet.  Confusion !

Ce groupe est arrivé, il y a plusieurs années, suite à la défection de leur club.

Je leur ai généreusement proposé de les accueillir,  au sein de notre association "Aux Quatre Points du Portel" pour faire face à ce désagrément. Suite à cette annonce de la Mairie, je leur expliqué que je souhaitais une dissolution.   Perturbation !

(Etant donné qu'aux cours de chaque élection, ça ne se bousculait jamais au portillon et qu'il en a toujours été ainsi, ça coulait de source. Pourquoi changer une équipe bénévole qui gagne à chaque fois et en plus, par forfait ?)

Courriels... Main tendue... Questions... Explications... Re-courriels

Très peu de réponses... ou si brèves,si  évasives, si décousues...  Trouble !

J'étais oppressée ces derniers mois, à chaque rencontre. L'impression de disparaître, d'être une intruse, de ne plus être à ma place, de déranger l'ordre des choses, un ordre établi et calibré par de nouvelles règles.     Frissons !

Une ambiance où les conversations se faisaient à sens unique ou en milieu fermé. Une terrible sensation que j'ai tenté d'étouffer. Celle d'être de trop. De ne pas exister. Quand j'y repense.    Ignorance !

Mais si elles étaients toutes réunies autour de cette table ces dames, c'est parce qu'il y a presque 22 ans j'ai pris l'initiative de créer cette association.  Générosité !

Je me suis sentie rejetée par ce noyau qui se transformait. Un changement  dont j'ai compris le sens. Il était grand temps de les laisser s'envoler de leurs propres ailes. Je n'avais plus ma place parmi elles. Juste un coin de table.   Altruisme !

Quand on vieillit on a tendance à prendre des petites habitudes. Condescendance

Mais qu'est-ce qui nous reliaient encore  ?

Uniquement des responsabilités liées à mon statut de Présidente, responsabilités qu'elles n'ont jamais voulu endosser tant que je m'en chargeais. Donc vous avez bien compris, tant que la fermière peut produire du beurre...   Bienfaisance !

Uniquement ça et rien d'autre !

Mais encore fallait-il qu'elles souhaitent quitter un nid qui se résume à une salle, des tables et des chaises, une clé de placard et ce qui se trouve dedans : Du thé, du café, des tisanes, du sucre que j'apportais dès que le besoin s'en faisait sentir.

Pourquoi écrire un article aussi sévère ?

Parce que s'il n'y avait pas eu un ultimatum, elles auraient poursuivi leurs activités, tranquillement, jusqu'à l'expiration de mon mandat et auraient accepté un énième prolongement si il était proposé, sans bousculades au portillon. On en avait discuté, elles étaient même prêtes à aller jusqu'à la fin de l'année si cela avait été possible, puisque j'y consentissais. Oui... Tant qu'il y a de l'espoir, on s'accroche aux branches mères de l'arbre pour ne pas tomber.

Ce grand chamboulement m'a ouvert les yeux sur un manque évident d'initiative. On consomme tant qu'il y a une  vache 🐄, du lait et une fermière. Pourquoi se compliquer la vie quand quelqu'un peut traire à votre place.

Mon désir était de laisser partir l'association "Aux Quatre Points du Portel" à laquelle j'ai donné vie à mes 35 ans. Je leur ai proposé mon aide pour  une ''éventuelle"  création d'association. Liens internet, mails et j'en passe...

Elles auraient eu le boni, après la liquidation... Légitimement !

Je leur ai donné des conseils, des renseignements en toute amitié et confiance, mais je leur ai bien spécifié que je ne chercherai pas de salle. Je ne pouvais pas donner de mon temps précieux. J'en avais pris conscience.   Dévouement !

Franchise et Honnêteté tout du long,  au moins pour ma part !

Mais à un moment donné, quand on sait qu'il y a des propositions, des intentions, un ultimatum, il faut  prendre des décisions, aussi compliquées soient-elles.

Ça s'appelle : Prendre des Responsabilités !

Je leur ai exprimé mon projet de dissolution tant et tant de fois. Je leur ai expliqué, en long, en large toutes les démarches à enclencher. Ça en devenait lassant de se répéter, au point de regretter de leur laisser autant de temps pour de la ''réflexion'' et des prises de décisions. J'aurai pu dissoudre l'association et basta.

Et je ne l'ai pas fait. Je le regrette. Mais c'est trop tard. Je le regrette vraiment après coup. Surtout après le peu de reconnaissance dont elles ont fait preuve envers le Trésorier le jour de l'AGE. Jusqu'au bout il a rempli ses fonctions. Fier et Honnête ! Blessure !

22 ans à organiser des ventes de journaux fait maison, des puces de couturières, des marchés de l'artisanat, des sorties, des repas au restaurant, des ateliers, être présents, en solo ou en duo, intervenants aux réunions de la commune, actifs à tous les téléthons et sur tous les fronts, par tous les temps, pour offrir  léguer sur un "plateau d'argent" une association saine en tous points de vue. Clémence !

Oui... On aurait pu dissoudre et basta !  Parce qu'en remerciements, une inquisition. Mais elles ont à présent toutes les clés du royaume... même celle du portillon.

Il a été ignoré le : "MERCI POUR TOUT" !   Amertume !

Quel est le nom de cet oiseau  qui occupe un nid sans vergogne ? ''Le coucou gris'' ! 🐦  Elles ont du oublié qui a construit, ce nid douillet.   Faveurs !

Franchement, vu les circonstances et le boulot qu'a donné cette passation inattendue, dissoudre aurait été la solution. Une grande partie des dirigeants des associations de la salle Charles Trénet ne savent même pas encore ce qu'il va advenir d'eux. La mairie m'a envoyé un courrier dernièrement pour demander : "Dissolution ou pas". "AGE ou pas ?". Ce courrier nous a été envoyé à tous.

Je leur ai répondu par un grand ?

Quelle réponse apporter quand vous posez, inlassablement, les mêmes questions, aux membres d'une association, depuis des mois, que vous expliquez et répétez :

-"Vous n'êtes plus qu'une dizaine, créez votre association, de toutes façons vous n'aurez pas le local, il faudra prospecter et je n'ai pas le temps de m'en occuper."

-"Laissez partir les ''Quatre Points du Portel."  Allez visiter d'autres structures qui pourraient vous accueillir. Mon souhait est une dissolution. Respectez-le.''   Patience !

Une réunion de mairie a eu lieu le 07 mars 2022 avec d'autres responsables d'associations qui occupent la salle Charles Trénet, le Maire et des adjoints.  Comme les adhérentes ne nous manifestaient, en aucune façon leurs intentions, mon mari s'y est rendu pour demander si notre courrier de projet de dissolution, envoyé le 13 février 2022 a bien été enregistré.  Irréprochabilité !

Nous avions déjà distribué dans différents centre sociaux, comme le Centre Audrey BARTIER à Wimereux, ou l'Espace MAES à Boulogne ce qui nous restait du Téléthon afin que ces dons ne soient pas oubliés ou négligés dans des cartons.

Tant de brodeuses au grand coeur ont travaillé dur pour nos actions Téléthon. Tous les petits ruisseaux alimentent les mêmes rivières dans cette noble cause.Ces centres ont été ravis de vos dons. Reconnaissance !

Nous n'étions pas prévus au planning de cette réunion, mais nous aimons que les choses soient bien faites. Mon mari se devait, en tant que Trésorier, de s'y rendre pour savoir de ce qu'il allait advenir des autres associations.   Indulgence !

Quand on est bénévole, on se soucie toujours des autres. C'est dans notre ADN.

Ce n'est pas parce que nous envisagions une dissolution que nous quittons définitivement le tissu associatif dans lequel nous avons travaillé si longtemps.

Le lendemain, je me suis empressée de faire un compte rendu aux adhérentes, avec toute la diplomatie et la délicatesse nécessaires. Le facteur humain a toujours eu une grande place durant toutes ces années.   Courtoisie !

Pour nous : 

"La question était vite répondue".  Nous savions ce que nous devions faire !

Certaines associations ont du faire ou vont devoir faire des concessions. D'autres ont eu ce qu'elles voulaient, d'autres encore ont pu tirer leur épingle du jeu et c'est tant mieux. Mais rien n'est encore bien défini. ll y a des incertitudes et des réunions ou des rendez-vous à venir, j'imagine.  Avenir !

J'ai informé les adhérentes de tout. Je leur ai redemandé de me communiquer leurs intentions pour le déroulement de la dissolution et l'attribution du boni. Prévenance !

Création d'association, recherche de structures ...ou pas ?

TADAM...  COUP DE THEATRE !

Le  vendredi 11 mars 2022

Elles rédigent toutes ensembles, signent et m'envoient un courrier, me signifiant :

Leur intention de ''garder'' l'association,

et ce...sur les conseils d'une adjointe conseillère !

STUPÉFACTION !

Notre mail du 08 mars, leur courrier du 11 mars, avec entre deux...

MIRACLE !

L'obtention d'un entretien ou rendez vous  (...?) rapide,  (3 jours top chrono)  quelle chance, avec une adjointe conseillère aux associations du Portel. Etonnement !  

FRANCHEMENT ?

Une pseudo motivation, étouffée dans un oeuf à l'éclosion difficile après une très longue couvée, ça va donner quoi ? Sûrement pas des foudres de guerre ! Quoique... Il faut toujours se méfier de l'eau qui endort dort.

 Il faut dire que j'attendais depuis des mois une réponse, une réaction, un réveil.

3  JOURS... SEULEMENT ?

Pour enfin prendre une décision collégiale, unanime, ferme et sans équivoque ! (Une décision prise sans tenir compte de toutes nos démarches, évidemment)

Mais que voulaient-elles ?  Qu'on leur mâche le travail ?  Un guide ?

Où que quelqu'une ayant du mal à briller au travers de ses créations commerciales trouve les mots justes pour les motiver ? Certaines de ses questions orientées ont d'ailleurs piqué ma curiosité.   Bonne foi ??

Je pense que nous n'avons pas toutes les mêmes valeurs et notions du respect.

J'ai le sentiment que l'association va devenir un tremplin, une vitrine pour des aspirations très personnelles, loin de son but initial, soumis  à la Loi 1901. L'association serait-elle devenue une opportunité ?    Désintéressement ??

J'ai donc réceptionné un courrier, une flagornerie qui contenait des mots mielleux, ressemblant à une pâtisserie crémeuse, écoeurante, enrobée de bons sentiments, de flatteries, saupoudrée d'un nuage de sucre glace, avec en garniture, une cerise, énorme, disproportionnée, posée grossièrement sur ce gâteau.  Beurk ! 

Maintenant je sais à quoi ressemble une cerise🍒 sur un gâteau 🍰

A un ''Courrier Recommandé'' qui arrive après de longs mois.

Indigeste !

 

LE POMPON :

Surprise... Incroyable !  Ça se bouscule au  portillon ! 

C'est une émeute...  (Ohhh ! là.. ça m'émeut...)

Et il y a de belles têtes de vainqueurs !

Pour résumer... Dans ce courrier :

1) Il leur (lui) faut un "Nouveau Bureau" pour l'attribution d'un local... "ça urge" !

2) Je dois (impératif ?) avancer, le plus tôt possible, l'AGE prévue le 17 juin 2022 !

3) Elle(s) ont (a) besoin d'une Association déjà en place, avec un bon pédigrée, (c'est mieux) pour obtenir un créneau horaire et plus précieux encore un local !

Depuis Novembre 2021... Même avant...

Tout de même, c'est abusé !  Là... ''Ça urge"?

Elles en ont eu du temps depuis novembre 2021 pour créer une association. Ce n'est pourtant pas faute de les avoir prévenues. On m'a toujours dit que c'est important la communication, au sein d'un couple, d'une communauté, d'une famille, d'un voisinage... D'une Association.  Gentillesse !

Pourquoi ne pas avoir énoncé clairement leurs intentions ?

Nous aurions pu les présenter à la mairie et elles auraient pu exprimer leurs besoins, leurs désirs au cours de cette réunion.  Attentions !

Pourquoi laisser s'engager une dissolution souhaitée, informée, sans intervenir et pour laquelle les démarches enclenchées sont :

**Un courrier pour la mairie qu'elles ont eu en première lecture en janvier... (Pas de réponses ou d'avis... juste un ''merci'' (à quoi ?) ou un "on va en discuter" (oui, d'accord !  Mais pendant combien de temps encore ?),  des questions étrangement "orientées" qui ont eu des réponses franches et argumentées)

**Ce courrier a finalement été envoyé  en février à Monsieur le Maire.

 **La distribution de ce qui nous restait du Téléthon à des centres sociaux...

 **La date d l'AGE de dissolution bloquée en juin.

**Des Contacts avec la Banque, l'Assurance, la Sous-Préfecture, la Mairie.

Mon mari a confirmé, à cette réunion, la future dissolution de l'association.

Mais il a aussi stipulé qu'il se pourrait que certaines personnes souhaiteraient créer une association, et que pour cela il serait bon de prévoir un créneau et leur a demandé d'en tenir compte en cas de cette hypothétique création. Serviabilité !

La préoccupation du devenir des autres, c'est dans l'ADN du bénévole.

Il n'était pas obligé de faire cela, au vu de nos démarches, pour lesquelles nous n'avions eu aucune ébauche de négociations de leur part. Nous aurions très bien pu ne pas les informer du compte rendu de cette réunion et dissoudre l'association, illico presto, si nous n'avions pas eu de considération pour elles toutes.

Et dire que nous leur avions proposer de les aiguiller, de leur attribuer le boni de l'association pour un nouveau départ. Il a pensé à ces gentilles dames tout au long de cette réunion.   Évidence !

En retour, une sommation !

Que vas-tu faire ma chère Arthénice, maintenant que tu as toutes les cartes en main et que tu as vu clair dans le jeu de tes adversaires ?

L'association dont tu es la Présidente Fondatrice depuis le mois de décembre 2000 est devenue un rocher auquel il faut s'accrocher fermement.  Si seulement elles s'étaient donné la peine ou avaient eu le courage de toutes se jeter à l'eau, en même temps, et  faire un gros PLOUF avant  le 11 mars 2022. Sont-elles Frileuses ?

Peut-on se mouiller et nager sans éclabousser les autres. Oui !  Politesse !

Toutes ces gentilles dames risquent de rater l'heure de la marée, de ne pas larguer les amarres à temps. Elles veulent voguer sur des flots tranquilles, à bord d'un voiler fiable construit année après année et qui jouit d'une réputation qui n'est plus à faire ou à défaire : "Aux Quatre Points du Portel''


Tu vas abattre quelle carte Arthénice ?

Celle de la colère ?

Non, celle là, tu sais depuis longtemps qu'elle est mauvaise conseillère

(Pourtant, tu pourrais, étant donné d' étranges allégations. Jamais on ne doit ou devra s'attaquer à ceux que tu aimes, à ta vie !)    Avertissement !

Celle de la raison ?

La colère ne te la conseille pas...

Les cartes du respect,  de la confiance, tu les as déjà retournées sur le tapis. Mais il y a d'autres cartes que tu ne connais pas dans les manches de tes adversaires. Tu vas abattre ton jeu ! Tu n'as pas d'autres choix.    Savoir vivre !

(C'est comme ça que fonctionne la "micro société" dans une association ?)

( On joue tout sur un coup de poker et tant pis pour la mise de départ ?)

Tu vas jouer la carte de la résignation

Franchement, crois-tu qu'il est utile de te battre pour une chose qui n'en vaudra peut-être plus la peine dans quelques mois. Il va falloir être à la hauteur du cadeau dont elles vont hériter. Une association ce n'est pas uniquement une clé de placard, d'un local, un café, une salle, des chaises et des tables.   Philantrophie !

(Quoique, quand on n'a pas l'ADN du bénévole... ça peut s'en tenir à ça.)

Quel intérêt dans ce cas ?

Autant créer un club, sans statuts, sans Loi 1901, sans contraintes, sans local. Surtout que les intentions qu'elles t'ont confiées sont de rester en petit comité, sans "nouveaux petits poissons à mettre dans l'aquarium". Rétives ?

Mais une association ce n'est pas ça !

Et c'est pour cette raison que tu souhaitais une dissolution et une liquidation. Le destin de "Aux Quatre Points du Portel", avec son ouverture sur le monde, que vous connaissez, te peine énormément. L'essence même de ce pourquoi vous avez oeuvré ton mari et toi va s'évaporer au profit d'un "club" fermé.  Sacrifice !

L'unique chose que tu aimerais, c'est que toutes ces dames que tu as côtoyées,  (accueillies, pour la plupart, le jour où elles n'avaient nulle part où aller se réfugier, lors de la défection de leur club à Sainte-Thérèse, bienheureuses de trouver un toit, du chauffage et des toilettes propres)  c'est qu'elles reconnaissent que  le nom de leur association est bien "Aux Quatre points du Portel" et non pas "la boite à ouvrages".   Respect !

C'est grâce à celle-ci qu'elles ont eu beaucoup d'avantages.

Elles ont pu en profiter, largement, en réglant une cotisation dont elles ont été exonérées, suite à la crise sanitaire en 2021, mais aussi en 2022, vu le projet de dissolution. On ne demande pas des sous quand on sait que ça ne servira à rien. C'est d'une Logique imparable ! (Et...Attention aux allégations douteuses)

Quand on est bénévole, on est toujours dans la  bienveillance et la magnanimité !

La boite à ouvrages ? Allez vous changer son nom ? Je m'interroge ! 

C'est parce que la réputation des "Quatre Points du Portel" est ce qu'elle est ? Nann ! C'est juste pour avoir un local et un créneau... Vraiment, on est peu de choses . C'est bien plus facile de jouer au ''Bernard l'hermite'' que de faire des démarches administratives. Elles n'en reconnaissent pas l'identité dans leur courrier. Cela va t-il devenir un club privé ?

As-tu au moins un atout dans ton jeu ?... OUI !

Toutes les  adhérentes t'en ont fait cadeau... Les Petites Joueuses !  Cet atout, c'est ce Courrier Recommandé qu'elles ont posé sur le tapis. Tu as suivi la règle du jeu "à la lettre" (sans faire de mauvais jeu de mots).

Tu leur as répondu par une démission.  Commisération !

 En tant que Présidente Fondatrice, tu as convoqué et préparé une AGE pour le 08 avril 2022, afin de répondre "urgemment" à leur requête.

L'ordre du jour ?

Démission du Bureau et Renouvellement

Pour une fois que les postulantes se bousculent au portillon. (Ou à la porte d'un local, d'un placard... Tu ne sais plus vraiment en réalité)

Tu leur as envoyé en Courrier Recommandé avec Accusé Réception, une longue et belle lettre de démission, accompagnée de tous les nombreux documents, indispensables, dont elles vont avoir besoin pour cette "reprise". Impossible pour toi de faire autrement qu'une longue et belle lettre pour exprimer tes ressentis, ton amertume et surtout rappeler aux adhérentes certains souvenirs qu'elles ont en parti oubliés...(sic).  Et surtout l'occasion était trop belle pour t'autoriser à écrire :

Le mot  "FIN"

(C'était ton seul et unique souhait pour ne pas dénaturer ton travail.)

On ne peut pas résumer pas en quelques phrases ces presque 22 années de bénévolat. Il faut reconnaître que cela a été destabilisant de t'être fait menée en bateau (entubée) durant tous ces mois. Ce serait mal te connaître si elles espéraient quelques lignes formelles. Tu as voulu tirer ta révérence, avec élégance et panache ! Même si là, tu n'as  qu'une seule envie : C'est d'être féroce !

d2286edd91f09a5dada006968f6881fa

A charge pour ces dames, maintenant, de reprendre le flambeau de l'association et de veiller à ce qu'il ne s'éteigne pas. (Attention aux portes d'un placard ou aux portes d'un local qui claquent, ça peut générer des courants d'air). Le compte à rebours est enclenché pour endosser de nouvelles responsabilités et prévenir tous les organismes de cette "reprise". Il va falloir faire vite. ''Ça urge'' !

Sinon... Elles devront gérer, toutes ensembles, de manière collégiale, une dissolution initialement prévue. Ça serait dommage !

Comme à ton habitude, tu as fait les choses dans les règles. Tu vas les laisser découvrir tous les plaisirs de la ''Gestion Administrative" et ses petites surprises. Gérer une association ne se résume pas à boire une tasse de café et tirer l'aiguille. Que Nenni ! Ça se saurait !

276161897_2062603733908044_1388837507410660790_n

 Le nouveau bureau ?

Qui se sent investi d'un pouvoir, d'un statut, d'une étiquette, d'une mission de vie ?

 Ce n'est pas ton affaire. Même si tu l'as deviné grâce à ses questions orientées.

Toutes les responsabilités incombent à l'ensemble des adhérentes, selon leurs (ses) requêtes exprimées dans leur courrier, dans l'attente d'un nouveau conseil d'administration... qui se bouscule au portillon.   Miséricorde !

''VOX POPULI''

 

Tu t'es résignée à laisser partir ce qui doit être. Ne force rien, tu as donné le meilleur de toi même, laisse faire les choses. Et si cela doit être, cela sera.

Souris à la vie !

IMG_8419_edited

Tu as informé de ta démission tous les organismes dont l'association dépend : L'assurance, la banque, la Sous-Préfecture, la Mairie... Les adhérentes aussi, évidemment.    Préservation !

Tu es Fière d'avoir écrit une belle histoire, soutenue par ton époux et Trésorier.  Amour !


Tu as envoyé ta lettre de démission un 1er Avril ...Ce n'était pas un Poisson.

Un 1er Avril blanc, inattendu pour tout le monde,  glacial, neigeux, hivernal...

L'occasion d'écrire sur une nouvelle page blanche.

Le blizzard, ce jour-là,  t'a soufflé des conseils pour une nouvelle aventure.


Selon le proverbe  : ''Au mois d'Avril ne te découvre pas d'un fil".

Tu ne te découvriras jamais d'aucun fil. Ils t'ont accompagné toute ta vie.

Ce nouveau projet est ce qui s'appelle une magnifique synchronicité.

Après toutes ces années à avoir pensé à "elles" sans qu'elles ne songent à toi...

Bénévolence !

Tu vas à présent penser à "NOUS".

(Il n'y a pas de commentaires pour cet article, c'est volontaire)